MOHAMED EL BAZ

À travers son œuvre, Mohamed El Baz “bricole l’incurable”, une façon pour lui de “réparer quelque chose dans [son] rapport intime au monde”. Cette période d’ébranlement des certitudes semble venir conforter le diagnostic qu’il a depuis longtemps posé : l’urgence de mettre l’art au cœur de l’échiquier.
Mohamed El baz questionne les fonctions de l’art et de l’artiste mais met également en exergue les maux de notre société tels que l’appartenance, la différence, le statut social, la diaspora, le rapport à l’autre ainsi qu’au monde.
À la formule Bricoler l’incurable, Mohamed El baz ajoute le terme détails, à concevoir dans le sens de partie d’un ensemble. Ainsi, chaque manifestation à laquelle il prend part est un fragment de ce vaste projet. Il intègre ainsi ses éléments à de nouvelles scénographies, les interrogeant sans limite et en conservant les plus valides, les survivants.

Né en 1967 à Ksiba. Après l’obtention, en 1989, du diplôme national d’arts plastiques à l’École Régionale d’Art de Dunkerque, il obtient en 1992 le diplôme supérieur d’expression plastique à l’École Nationale Supérieure de Paris-Cergy. Il a également poursuivi des études à l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques à Paris.
Mohamed El baz vit et travaille entre Casablanca, Marrakech et Lille.

Site web Instagram

Mise a jour…
  • Votre panier est vide.